Archives du blog

Pèlerinage à Gand le 1er mai 2018

Notre association a organisé en 2015 un pèlerinage qui nous a conduit vers les premiers monastères fondés ou réformés par sainte Colette, en particulier celui de Poligny, particulièrement cher à son cœur et qui abrite la chasse où reposent ses reliques.

Ce 1er mai 2018, nous sommes allés en pèlerinage à Gand, l’une de ses dernières fondations, monastère où elle est décédée le 6 mars 1447.

Rappelons que les bourgeois de Gand (qui était alors possession du duc de Bourgogne), souhaitaient vivement dès 1426 la création d’un monastère par sainte Colette dans leur ville, et en avaient commencé la construction.

Le duc de Bourgogne, Philippe le Bon, rallié définitivement au roi de France, Charles VII, avait obtenu par le traité d’Arras (1435) les villes de la Somme (dont Amiens, Corbie), agrandissant notablement  la partie nord de ses possessions. Il y résidait souvent et souhaitait la création de plusieurs monastères de clarisses colettines, à Amiens, Hesdin, Arras et Gand (où les bâtiments étaient déjà construits).

Sainte Colette, pour répondre à cette demande du duc de Bourgogne, passe les dernières années de sa vie dans ces territoires qui l’avaient vu naître. Elle se consacre à l’implantation des monastères de Hesdin (1437-1441), Amiens (1442-1445) et Gand (1441-1444). Retournée une dernière fois à Besançon en 1442, elle revient en janvier 1445 à Amiens. Elle tente encore une fois de fonder un monastère à Corbie, mais n’y parvient pas, malgré l’appui du pape, du roi de France et de l’abbé de Corbie. Elle rejoint Hesdin qu’elle quitte pour Gand où elle arrive le 6 décembre 1446, pour y mourir le 6 mars 1447.

Les clarisses de Gand ont été obligées en 1783 de quitter Gand. Réfugiées à Poligny, elles purent y transférer la chasse des reliques de sainte Colette, qui y est toujours. Lorsqu’elles retournèrent à Gand en 1791, elles y remportèrent le manteau dans lequel sainte Colette avait terminé ses jours. Elles conservent depuis de nombreux documents et objets ayant appartenu à sainte Colette.

Notre pèlerinage a rassemblé une quarantaine de personnes venues de Corbie (paroisse sainte Colette des Trois Vallées), d’Amiens, de Lille, de Paris (paroisse sainte Colette des Buttes Chaumont), de Bruxelles et même des Vosges. Les prêtres de nos deux paroisses sainte Colette nous ont accompagnés.

Arrivés le 30 mars au soir, nous avons logé à l’hôtellerie du couvent des carmes, voisin de celui des Clarisses, et nous y avons célébré les complies avec les frères Carmes.

Le lendemain, 1er mai, nous avons rejoint le couvent des Clarisses.

Nous  avons tout d’abord célébré l’eucharistie avec elles dans leur chapelle. Les sœurs nous ont proposé de le faire en français (elles sont néerlandophones) et nous avons vécu un grand moment de recueillement et de louange.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis nous nous sommes rassemblés à l’oratoire organisé auprès de la stèle qui fait mémoire de la mort de sainte Colette. Elles y avait exposé son habit, présenté spécialement pour notre venue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons alors prié pour les couples en attente d’enfants, en particulier pour ceux de notre groupe, implorant l’intercession de sainte Colette pour eux.

Les sœurs nous ont alors accueillis dans leur parloir où elles avaient rassemblé de nombreux objets ayant appartenu à sainte Colette, précieusement conservés par leurs soins. Nous aurions souhaité avoir plus de temps pour nous pénétrer de tous ces souvenirs et pour déchiffrer les lettres écrites par sainte Colette,dans un état de conservation remarquable.

Nous avons ensuite parcouru le centre historique de Gand, ville qui est un splendide ensemble de constructions historiques dont beaucoup sont contemporaines de la présence de sainte Colette. Nous avons en particulier admiré le retable de l’Agneau Mystique, chef d’œuvre de la peinture de cette époque (il date de 1432).

Au total, un pèlerinage dense, aussi fort au plan religieux qu’au plan culturel, qui a permis de mieux pénétrer le charisme bien particulier des clarisses dans l’accompagnement des couples en espérance d’enfant et qui a resserré les liens entre nos paroisses de Corbie et des Buttes Chaumont.

Dieu soit loué, Alleluia

 

Publicités

Pèlerinage à Gand les 30 avril et 1er mai 2018

Sur les traces de sainte Colette de Corbie à Gand

30 avril – 1er mai 2018

L’association des Amis de sainte Colette de Corbie, en lien avec les Pèlerinages picards, propose un voyage pèlerinage à Gand, le 1er mai 2018.
Nous voyagerons le 30 avril dans l’après-midi pour nous installer le soir dans l’hôtellerie des carmes de Gand.
Le lendemain, 1er mai, nous irons à la découverte du monastère des clarisses, fondé au XVe siècle par ste Colette de Corbie et nous y rencontrerons les clarisses qui perpétuent encore aujourd’hui cette présence religieuse. Nous découvrirons des reliques de ste Colette conservées par la communauté et vénérées par les couples en espérance d’enfant. C’est dans ce monastère que Colette quitte la vie de ce monde, entourée de ses sœurs, le 6 mars 1447.

Ce pèlerinage sera accompagné par les prêtres des deux paroisses sainte Colette : Jean-Marc Boissard, curé de la paroisse sainte Colette de Corbie, Xavier Ley, curé de la paroisse ste Colette des Buttes-Chaumont à Paris.
Une célébration nous permettra de rencontrer les religieuses clarisses vivant aujourd’hui très simplement de l’esprit de st François et de ste Claire.

Nous découvrirons ensuite la ville flamande, son patrimoine historique, l’atmosphère vivante et animée de l’ancienne ville drapière, les spécialités flamandes.
La visite de la cathédrale st Bavon et la découverte du retable de l’Agneau mystique, chef d’œuvre de la peinture flamande clôtureront ce voyage.

INFORMATIONS PRATIQUES

Départ en car le lundi 30 avril Longueau (gare) 15h30 Corbie 16h. (place de la République)
Retour le mardi 1er mai Corbie 19h30 Longueau 20h
Hébergement au monastère des Carmes de Gand, repas du soir.

Programme du mardi 1er mai :
Messe au monastère des clarisses, rencontre avec les clarisses
visite guidée de la cité flamande, ses canaux.
Visite de la cathédrale et du retable de l’agneau mystique.

Bulletin d’inscription ici